Promo !

Le compagnon végétal – la collection complète

279,50  252,00 

Collection le compagnon végétal du n°1 au n°23.

Auteurs : Éliane Astier et Bernard Bertrand
Éditeur : Édition de Terran
Format :  14,8 x 21 cm
Pagination : au moins 120

23 volumes port et emballage gratuit

Description

La collection complète de l’ortie au souci et arnica

Le Compagnon végétal

La collection du Compagnon végétal comporte 23 volumes uniques en leurs genre, l’encyclopédie des
« sauvageonnes utiles et précieuses ». Chaque livre propose une approche botanique de la plante, sa carte d’identité, son histoire, les moyens de la reconnaitre, trouver, récolter, conserver et multiplier, ses applications et usages (jardin, vétérinaire, cuisine, santé…). Les 4 derniers volumes sont co-signés Éliane Astier et Bernard Bertrand. À lire et à relire, à offrir et à s’offrir !

LES AUTEURS

Éliane Astier est passionnée par les usages des plantes sauvages, en particulier en cuisine. Elle a suivi la formation de l’École des plantes de Paris, et anime depuis plusieurs années des journées et sorties sur les thèmes de la cuisine des plantes sauvages et de la botanique.

Écrivain-paysan, Bernard Bertrand a repris et mis en pratique durant quarante ans, sur sa ferme des Pyrénées centrales, les techniques ancestrales d’autonomie. À travers ses écrits, ses stages et ses conférences, il partage ces savoir-faire traditionnels pour sauvegarder le patrimoine vivant menacé et le rendre accessible au plus grand nombre. Il a créé la collection « le Compagnon végétal » dédiée aux plantes. Depuis 2012 il est rédacteur en chef du Le Lien Créatif. Cette revue reflète son engagement pour ce patrimoine immatériel qui est la vannerie sous toutes ses formes. En 2015 un deuxième magazine qui milite pour les abeilles mellifères et sauvages voir le jour.  Bernard Bertrand crée Terran Magazines et consacre toute son énergie à sa nouvelle édition de presse.

Bernard Bertrand en parle :

« Les plantes ordinaires accompagnent l’homme depuis la nuit des temps. Chacune est un « compagnon végétal » ! Avec cette collection unique, j’ai voulu retracer cette histoire millénaire et redonner leurs lettres de noblesse à ces plantes compagnes. Vous ne
serez pas surpris d’apprendre que ces sauvageonnes ont tant de qualités, elles m’ont tant appris, que dès que je me suis intéressé à l’une d’elles, j’en suis tombé amoureux ! Et c’est cette passion que j’espère vous transmettre. »

Les Secrets de l’Ortie (Compagnon végétal vol. 1)

L’ortie, la plante multi-talent mais mal-aimée

Bien peu de disciplines échappent aux compétences de l’Ortie ; partout elle rend service, de l’étable au jardin, en passant par la cuisine et la pharmacie, sans oublier bien sûr le tissage… Cette anthologie n’a d’autre ambition que de dévoiler tous ces secrets oubliés, recettes à l’appui, pour que vous puissiez enfin profiter de cet irremplaçable trésor naturel.

Mangez l’ortie en images

Pendant le confinement au printemps 2020 Bernard Bertrand, entouré d’une petite équipe, prend la décision de revisiter l’ortie. Cette fois-ci il fait des vidéos sur les propriétés des plantes et réalise une recette originale. Comme vous connaissez tous la soupe d’ortie, nous vous présentons ici : Les cookies à l’ortie.

Les cousines souci et arnica – une histoire de famille – le compagnon végétal n° 23

Le souci est une plante bien connue, dont on peut admirer les fleurs colorées et lumineuses presque toute l’année, dans de nombreuses régions. Vigoureux, prolifique, facile à cultiver, le souci des jardins est une espèce à installer chez soi ! Connaissez-vous son cousin, le souci des vignes ? Plus petit, il pousse à l’état sauvage en région méditerranéenne. Quant à l’arnica, c’est plutôt en montagne qu’on la rencontre. Une belle plante, qui a du caractère !
L’arnica est souvent confondue avec le calendula (également appelé souci). Bien que les fleurs soient assez ressemblantes, l’arnica est jaune vif alors que le souci est plutôt orangé. En revanche, une fois séchées, il est très difficile de les différencier. Pensez donc à l’étiquetage si vous conserver les plantes séchés.
Elles font partie de la même famille que la marguerite, le pissenlit, le tournesol (les Astéracées). Au sein de cette famille, l’inflorescence est d’un point de vue botanique injustement désignée comme « fleur » car il s’agit en réalité d’un capitule floral formé de la réunion d’une multitude de fleurs minuscules. Cette famille représente un des stades les plus avancés dans l’évolution du règne végétal.

Vous aimerez peut-être aussi…